25/04/2019

Les fourbes, les traîtres, les perfides… Comment qualifier pareils ordures, aussi vaste charniers de dépouilles pourrissantes au soleil de leurs ego constamment blessés.

L’annonce a eu l’effet du fléau fauchant le blé. Les voilà qui clament ma destitution, le tribun en rajoute, la populace et les roitelets applaudissent à ses indignations surjoués.

Une vraie foule de mortels en délire, rien de notre naturelle retenue, de nos valeurs de grandeur ne semble les avoir pénétrés en des siècles d’errances sous ma tutelle attentive.

Et voilà que à la première menace ils me ligotent et m’enchaînent au désert comme Azazel en son temps. Ils seraient prêts à me livrer et à m’égorger pourvu que le calme revienne dans leurs misérables éternités.

Je voudrais tous les condamner aux flammes infinies, qu’ils puissent à peine entrevoir le mal qui me consume pour les protéger, ce ramassis d’ivrognes et de tiques.

Tout, tout fut sacrifié de mon bien être de ma vertu et de mon intégrité pour les entretenir et les guider. Mais les aveugles ne se rendent pas compte que pour les guider l’oracle s’est fait borgne martyr.

Un empereur absolu, est un millier d’âmes damnés qui convoitent mon titre… Essayez encore ! Déments et sots, je suis invincible, plus dur que les monts, et infaillible comme le saint en croisade !

Laisser un commentaire