15/04/2019

Je partage, je partage, je partage, j’ai peur qu’il ne me reste plus rien… Tous veulent plus de pouvoir, d’honneur, d’argent… de sang. Ils ont fait de moi le vautour en chef, et c’est moi maintenant la charogne à se partager… Qu’ils croient ! Les idiots, je vais régler le problème… Comment ? J’ai vu la fin, j’ai vu la tour, les dragons, et le roi mort. Je sais qu’il n’y a rien, et que le trône est vide. Si le tribun savait, je ne pourrais plus le tenir…

Un empire… Voilà comment, je les enverrai conquérir le monde en mon nom. Cela devrait les occuper, enfin du moins je l’espère, sitôt qu’il serons ennuyés, il reviendront m’abattre.

Un grand ennemi peut être ? La rumeur d’un rival qui nous menace ? Non, je m’égare, comme un navire sombrant cherchant plus encore de trésors. Il m’a fallu intriguer, comploter, régner, maintenant il me suffit de les divertir. Les distraire par des jeux imaginaires de complots et de guerres secrètes. Les amuser avec un épouvantail à haïr… Pourquoi pas ce maudit Uther ?

Certes le jeu finira par être risqué, et sûrement répétitif… mais j’ai l’éternité pour m’en lasser.

Rien ne me fera capituler, rien ne me fera tomber, si ce n’est l’exil dans les plus froids lacs d’Éther, attaché et bâillonné, fondant pour l’infini vers le vide.

Hier soir j’ai rencontré le chef de la sécurité, il m’assure que tout ira pour le mieux samedi, pourtant sa sale mine et son air froid suffiraient presque à me décourager de faire le déplacement.

Laisser un commentaire